Chamechaude, le sangle du Jardin

DSC_4027 20140714_200329

Les mêmes causes produisant les mêmes effets, je n’avais que peu de temps disponible pour profiter d’une balade en ce 14 juillet donc une virée en Chartreuse s’est rapidement imposée.

Pour compliquer le cahier des charges, la météo avait été épouvantable toute la semaine précédente et si une nette amélioration était annoncée pour le 15 juillet, le temps devait rester entre deux pour le 14.

D’un côté j’avais bien envie de retourner au superbe sangle de Fouda Blanc pour le coucher de soleil mais comme la météo de Caplain annonçait encore pas mal de cumulus l’après-midi jusque vers 1500m, je me suis dit que les 1800m d’altitude du sangle seraient peut-être trop justes, et qu’il valait sans doute mieux viser un peu plus haut : Chamechaude par exemple avec ses 2082m laisserait plus de marge.

Mon idée était donc de privilégier l’après-midi (le réveil s’était d’ailleurs fait sous la pluie ce qui semblait augurer d’une amélioration plus lente à venir qu’annoncé), d’aller découvrir le sangle du Jardin, puis monter au sommet où je n’étais jamais allé, et redescendre sur le sangle en fin de journée pour les « belles lumières ».

Sur la route j’ai vu que le ciel était encore bien chargé et humide, et j’ai d’ailleurs été accueilli par une averse soutenue en arrivant à Voreppe. En montant ensuite les petites routes qui m’amenaient vers le col de Porte, j’ai croisé plus d’un randonneur, et tous avaient la cape de pluie sur le dos ou autour de la taille…

En arrivant j’ai commencé par monter au Charmant Som pour humer la tendance et compléter le pique-nique d’un peu de fromage (comme souvent j’avais prévu le pique-nique à l’économie, mais je me suis dit après coup qu’il ne fallait peut-être pas exagérer comme je prévoyais de remplacer le repas de midi et le dîner par un seul et unique repas en milieu d’après-midi, me laissant libre les heures qui devaient être les plus intéressantes).

J’ai commencé la montée par le sentier classique, finalement un peu moins boueux que je ne le craignais (même s’il était loin d’être sec). Je suis arrivé sans soucis à la cabane du Bachasson avec sa belle fontaine qui coulait abondamment, et j’ai poursuivi la montée sous quelques rayons de soleil. J’avais presque trop chaud en fait, ayant prévu des habits pour faire face un long moment à une brume ventée au sommet.

Arrivé sous le joli champignon rocheux de la Folatière, je me suis donc engagé sur la sente qui mène au sangle du Jardin (je ne détaille pas l’itinéraire mais pour ceux que cela intéresse, vous pouvez trouver tous les détails dans l’excellent « Chartreuse Vercors les randonnées du vertige » de Pascal Sombardier). J’ai pique-niqué un peu avant de m’engager sur le sangle proprement dit et je restais assez pessimiste sur la météo : les nuages semblaient encore bien épais de partout…

Je me suis ensuite engagé sur le sangle, qui a la particularité d’être assez étroit : assez rapidement, même si les arbres cachent un peu le vide, on sent qu’il ne faut pas tomber. Assez vite je suis tombé sur le passage qui traverse un flanc de falaise : c’est superbe (et la sente est parfaitement tracée). J’y ai patienté facilement une première demi-heure en attendant que la brume se dégage un peu, et j’ai même pu profiter de quelques rayons de soleil assez fugaces.

Après cette séance photo et observation d’animaux, j’ai poursuivi le sangle qui devient très vite nettement moins vertigineux en passant sous des encorbellements (en prenant une douche au passage tant la montagne ruisselait encore), et je suis arrivé au Jardin, où j’ai fait un petit tour (notamment pour aller voir une faille très étroite et profonde, assez impressionnante).

Je suis revenu par le sangle du Jardin (je ne souhaitais pas essayer l’itinéraire de la brèche Arnaud sans assurage) où j’ai à nouveau pris le temps d’attendre un poil de soleil pour refaire quelques photos.

Enfin j’ai poursuivi en direction du sommet alors que la brume était revenue en force sur le sangle, et j’ai suivi une vague trace balisée en orange rougeâtre / jaune. En arrivant vers 1900m, j’ai vu que le ciel bleu était un peu plus haut donc l’espoir de dépasser au moins de temps en temps les nuages est revenu. Juste avant d’atteindre la crête j’ai croisé un couple qui avait dû monter là-haut pour des photos et qui redescendait, bien emmitouflé ! J’ai franchi les derniers escarpements (la section finale câblée est quand même assez haute : attention avec des enfants…) et j’ai débouché au sommet : dans la brume.

Au bout d’un moment le ciel bleu est revenu mais tout cela restait très bref et les nuages étaient omniprésents : on ne voyait pas la crête du Charmant Som en face et encore moins les hauts de Chartreuse et la Dent de Crolles, engloutis sous des amoncellements de cumulus ; seuls un ou deux sommets de Belledonne émergeaient par moments en face.

Je suis resté assez longtemps au sommet, pour profiter des trop rares moments où des photos sympas étaient possibles, puis à nouveau un peu après 20h la brume est revenue en force.

Je me suis dit que de toute façon je ne ferais sans doute pas grand chose de plus au sommet donc j’ai entamé la descente, pour espérer peut-être quelques jolis derniers rayons sur le sangle du Jardin. J’avais un peu d’espoir car je voyais de belles teintes orangées sous la brume, un peu plus bas. Mais le temps de revenir sur le sangle (avec un bon gadin au passage), et la brume épaisse s’était remise en place. J’ai patienté à nouveau en espérant une ultime éclaircie qui n’est pas venue. J’ai alors repris la descente, et arrivé un peu au-dessus de la Folatière la brume s’est dissipée, mais hélas le soleil devait maintenant être couché depuis un quart d’heure… J’ai quand même repris quelques photos (le Charmant Som restait accroché par les nuages alors que la Pinéa était bien dégagée, comme elle l’avait été une bonne partie de la journée).

Une fois passée la cabane, j’ai allumé la frontale et juste une dernière chose à noter : en descendant la piste qui ramenait au col, j’ai été surpris tout à coup d’entendre un gros « boum » lointain, suivi d’un autre… Ma première réaction a été de me dire « c’est pas vrai : un orage ! » mais j’ai vite compris qu’en ce soir de fête nationale, la mairie de Saint Pierre de Chartreuse devait offrir un feu d’artifice à ses administrés… Je suis finalement arrivé à la voiture un peu avant 22h30, avant un retour sans histoires.

La petite vidéo de la balade :

Et maintenant place aux photos.

Ambiance bien glauque au Charmant Som en tout début d’après-midi…

DSC_3927 20140714_140828

Chamechaude semble laisser plus d’espoir !

DSC_3929 20140714_143204

Arrivée à la Folatière.

DSC_3941 20140714_153858

Après avoir remonté quelques éboulis, on débouche sur un promontoire rocheux à franchir tranquillement et qui marque le début du sangle.

DSC_3999 20140714_184806

Le plus joli passage du sangle du Jardin.

DSC_3963 20140714_172421

Qui se poursuit assez rapidement par des encorbellements, où toute la montagne vide son trop plein d’eau accumulée cette semaine.

DSC_3971 20140714_173149 DSC_3973 20140714_173647

Arrivée au Jardin.

DSC_3978 20140714_174506

Puis je reviens par le sangle.

DSC_3989 20140714_182609

J’arrive enfin au sommet, avec quelques espoirs de ciel bleu. Les éclaircies et les passages brumeux se succèdent. J’y reste un bon moment pour essayer d’en profiter au mieux.

DSC_4014 20140714_195833 DSC_4019 20140714_200101 DSC_4027 20140714_200329 DSC_4035 20140714_201326 DSC_4042 20140714_201709 DSC_4047 20140714_202016

DSC_4050_20140714_202157

Les hauts de Chartreuse et la Dent de Crolles, noyés…

DSC_4064 20140714_203810

Même punition du côté ouest avec la Sûre et le Charmant Som ; l’ambiance me rappelle des voyages en avion, quand l’appareil troue la couverture nuageuse.

DSC_4067 20140714_203857

Je vous épargne une ultime photo du sangle avec la poisse brumeuse et voici donc la dernière photo : le soleil vient de se coucher, et comme par magie la brume s’évapore en quelques minutes…

DSC_4080 20140714_214947

Publicités
Cet article, publié dans Chartreuse, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 Responses to Chamechaude, le sangle du Jardin

  1. Dommage d’avoir manqué (je pense) le couloir W, aussi le Pas du Jardin en faisant le tour par l’E. Cela sera pour une prochaine fois, il y a aussi d’autres possibilités que je te laisse découvrir sur sentier-nature.
    À bientôt.

  2. Jolis clichés différents du lever de soleil à la dent de crolles. Laurent

  3. Ping: Dent de Crolles, sangle de la Barrère | Montagne et photographies

  4. Ping: Chamechaude, coucher de soleil au sangle du Jardin | Montagne et photographies

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s