Octobre 2018, vacances en Aveyron

DSC_5765_20181102 152442 C1

Nous voici arrivés à ce qui est depuis longtemps ma semaine de vacances préférée de l’année : une semaine de rando dans le Vercors à la Toussaint, en ayant la montagne pour nous, une température sans les excès de l’été ni les rigueurs de l’hiver, un air bien sec qui garde au fond des vallées les brumes alors que les crêtes profitent d’un beau soleil, et enfin il y a souvent les belles couleurs d’automne…

Je me réjouissais déjà de parcourir les hauts plateaux ou les steppes de l’Oisans, mais quelques jours avant le départ il a fallu déchanter : la météo de maître Caplain nous annonçait des conditions vraiment épouvantables : neige en quantité, brouillard et vent du nord, le tout suivi d’un réchauffement avec des pluies abondantes…

Imaginant parfaitement les conditions que nous aurions pour la semaine, je me suis dit que cela allait tourner à la punition et nous avons donc changé nos plans en catastrophe…

Cela faisait plusieurs années que nous avions en tête d’aller faire un tour dans le sud ouest, entre le plateau de l’Aubrac et Rocamadour en gros. Bénéficiant de la saison creuse nous avons ainsi pu trouver un gîte au dernier moment aux alentours de Conques, qui était à peu près au centre du secteur que nous voulions découvrir.

Nous voici donc partis le dimanche pour une route particulièrement fastidieuse (en partie à cause d’une pluie abondante et en partie de ma faute : je me suis aperçu en quittant la région parisienne que j’avais oublié mes papiers)… Nous sommes néanmoins bien arrivés en fin de journée, en pleine nuit « grâce » au changement d’heure du jour, à notre joli petit gîte bien propre et bien chauffé : bien agréable !

Conques

La journée du lendemain commençait avec une alerte météo relative aux chutes de neige : près de 30 cm étaient annoncés sur les hauteurs dans la nuit, et une bonne dizaine déjà à faible altitude. Un ami fin connaisseur de la région m’avait prévenu de me méfier de la neige (d’autant plus que nous étions sur un petit plateau aux confins du Cantal et au bord de l’Aveyron) donc j’avais l’équipement voulu. Néanmoins nous avons préféré éviter les grosses galères sur les petites routes perdues parfois raides et nous avons donc opté pour une première journée assez courte et au plus près, à Conques.

Cette petite ville, étape marquante du chemin de Compostelle, comporte une basilique rendue célèbre au moyen âge pour ses reliques de ste Foy (leur présence ici est néanmoins peu glorieuse, puisqu’elles ont été volées à un autre sanctuaire ; mais il paraît que c’était chose courante à l’époque…). Aujourd’hui, la foule touristique est de passage par le biais des pèlerins de st Jacques, mais aussi car il faut bien dire que l’ensemble du site est magnifiquement conservé et fait vraiment un bel ensemble très homogène.

Notre choix (d’y aller à la Toussaint, sous la pluie et la neige) nous a en plus offert la superbe opportunité de profiter de Conques pour nous tous seuls ! A retenir pour les prochaines visites de lieux touristiques…

Nous n’avons pas trop attendu avant de regagner le gîte : les collines étaient déjà bien blanches… Mais comme nous avions pris soin de commencer par faire le plein de courses, nous pouvions supporter un siège pour les chutes de neige annoncées dans la nuit !

Pour commencer, une photo du célèbre tympan du jugement dernier de la basilique de Conques.

DSC_4605_20181029 104928 C1

Un aperçu de l’intérieur ; une petite communauté de prémontrés fait vivre le sanctuaire.

DSC_4665_20181029 114134 C1DSC_4673_20181029 121822 C1

Reliquaire, et les célèbres vitraux de Pierre Soulages.

DSC_4696_20181029 124244 C1

Les vitraux offrent plus leurs nuances à l’ombre (à gauche) qu’au soleil (à droite)…

DSC_6068_20181103 103553 C1

Nos plans infaillibles pour faire des photos d’une cité ultra touristique sans touristes : y aller à la Toussaint, et sous la pluie et la neige…

DSC_4707_20181029 143220 C1

Le sol des rues de Conques.

DSC_4718_20181029 145801 C1

Premier passage déçu au point de vue du Bancarel ; la neige sur les hauteurs nous incite à ne plus trop traîner…

DSC_4732_20181029 151357 C1

De retour au gîte, c’est bien blanc mais on circule quand même sans difficultés.

DSC_4739_20181029 155558 C1

Canyon de Bozouls / Bez Bédène

Le lendemain finalement, les conditions étaient plutôt meilleures que la veille au soir : à notre altitude modeste (env. 600m), il n’avait pas reneigé dans la nuit et le vent avait plutôt chassé la neige.

J’avais dans mes intentions initiales la forte envie d’aller randonner à la découverte du plateau de l’Aubrac, mais il semblait avoir été nettement plus touché (env. 30cm à Laguiole) et donc on s’est dit qu’il valait mieux remettre ça à plus tard, en se contentant pour l’instant d’une petite virée touristique.

Nous sommes donc partis vers Bozouls et son célèbre trou (qui est concrètement une sorte de canyon abrupt qui enserre une petite presqu’île en avancée) en remontant la vallée du Lot.

Sur le chemin nous avons fait une halte chez les cisterciennes de l’abbaye de Bonneval (l’accès se méritait avec la neige et les branches cassées), où nous avons découvert leur délicieuse fabrication de chocolat.

Nous sommes ensuite rapidement arrivés à Bozouls. Le site est effectivement superbe et nous y avons passé la fin de matinée puis le pique-nique, avec un temps agréable.

Sur le chemin du retour nous sommes passés voir le hameau et la chapelle de Bez Bédène (nom à la connaissance étonnamment bretonne !), qui est aussi une sorte d’avancée rocheuse étroite dominant les gorges de la Selve.

Comme il faisait beau, nous en avons profité pour retourner à Conques le soir pour voir le tympan du jugement dernier qui bénéficie d’une mise en lumière intéressante, mettant bien en valeur de nombreuses scènes de celui-ci.

Passage à l’abbaye de Bonneval : perdue à souhait, mais les cisterciennes qui la font vivre courageusement et leur excellent chocolat méritent un passage (l’architecture de l’abbaye est également atypique)…

DSC_4743_20181030 114344 C1

Le joli canyon de Bozouls : une promenade sur le haut des falaises permet de bien l’admirer, avant de le traverser pour monter sur la presqu’île et sa chapelle dédiée à ste Fauste.

DSC_4755_20181030 122117 C1

Encore pas mal de neige, alors que nous sommes à 500m d’altitude.

DSC_4792_20181030 133944 C1DSC_4821_20181030 135321 C1DSC_4830_20181030 135756 C1DSC_4855_20181030 142201 C1

Puis Bez Bédène, joli site également, qui domine les gorges de la Selve.

DSC_4875_20181030 151339 C1DSC_4877_20181030 151614 C1DSC_4886_20181030 152049 C1DSC_4890_20181030 152456 C1DSC_4922_20181030 155214 C1DSC_4937_20181030 155928 C1

Enfin escapade nocturne dans Conques, pour profiter de l’éclairage du tympan qui met particulièrement bien en relief de nombreux détails.

DSC_4998_20181030 212117 C1

DSC_5006_20181030 212844 C1DSC_5077_20181030 214207 C1DSC_5103_20181030 214538 C1DSC_5117_20181030 214659 C1DSC_5162_20181030 215101 C1

Mise en valeur de nombreux détails : la pesée des âmes (notez que le diable triche en appuyant sur la balance de son côté).  😉  Version nocturne et la scène de jour ci-dessous.

DSC_5174_20181030 215216 C1DSC_6033_20181103 102927 C1

Laguiole

Pour le lendemain une nouvelle alerte météo était lancée, cette fois au vent fort, aux pluies et aux inondations.

On s’est dit qu’il faudrait prévoir un programme souple et adaptable, et quittes à avoir du vent et de la pluie nous avons opté pour une visite de Laguiole, qui est un peu l’une des portes d’entrée de l’Aubrac.

Evidemment Laguiole est surtout connue pour ses couteaux : la pluie étant bien là nous avons visité deux ateliers de coutellerie (les enfants ont notamment apprécié la visite de l’atelier « Benoît l’artisan », très vivante et complète, dans un petit atelier familial où le coutelier partageait avec sympathie son métier), puis nous avons fait un tour dans les boutiques sous la pluie (pour ceux que cela pourrait intéresser Fontenille-Pataud propose notamment des couteaux que je trouve particulièrement intéressants, car ils ont un cran de blocage de leur lame quand elle est ouverte).

Je n’avais jamais vu autant de magasins de coutellerie dans une ville en tout cas, c’était impressionnant. La météo restait des plus maussades donc nous avons poursuivi avec la visite de la coopérative fromagère, qui nous a permis de ramener quelques spécialités locales…

Nous sommes ensuite redescendus sur l’abbaye de Bonneval, dont le chocolat nous avait conquis et dont nous voulions ramener un petit stock…

En repartant à la tombée de la nuit, j’ai eu le plaisir de croiser un nombre de salamandres assez impressionnant, et cela m’a fait bien plaisir de revoir des petits animaux que j’appréciais tant de croiser dans les Monts d’Or lyonnais ! En revanche la conduite du retour a été stressante et lente sur les petites routes : j’avais repris mes habitudes de prendre garde à ne pas les écraser !

L’ouverture des volets depuis le gîte : on a entendu le vent souffler dans la nuit, et on voit le programme du jour…

DSC_5220_20181031 084449 C1

Le soir de retour : découverte de l’aligot et de ses possibilités ludiques pour les enfants !

DSC_5252_20181031 200857 C1

Le temps était vraiment trop mauvais, alors pas de photos du village de Laguiole. On se contentera de ses couteaux et de ses fromages !

DSC_6211_20181104 133553 C1

Rocamadour

Pour le lendemain la météo était en principe un peu meilleure, et nous sommes allés à Rocamadour.

Je ne connaissais pas, et le site est effectivement remarquable avec la hardiesse de ses constructions sur le flanc des falaises.

Réflexion faite néanmoins, je lui trouve tout de même un peu moins de charme que Conques car le tourisme important et surtout les boutiques / restaurants nombreux sur le bas de la ville cassent un peu l’unité du site, là où Conques (même avec ses boutiques à touristes aussi) est vraiment beau dans tout son ensemble.

En résumant on pourrait dire que Rocamadour est un peu le mont Saint Michel des environs (mais pour autant que ce soit clair : oui on ne regrette pas la visite). J’ai juste été aussi assez frustré de la grisaille sans trop de merci pour les photos.

En arrivant à Rocamadour, la hardiesse du site est saisissante ! Le petit dernier s’exclame même « c’est stylé » !

DSC_5288_20181101 102405 C1DSC_5315_20181101 104044 C1

La basilique est courte (évidemment il n’y avait pas beaucoup de profondeur pour construire), mais il y a de nombreuses petites chapelles de partout.

DSC_5323_20181101 122647 C1

La chapelle de la vierge noire, dont le fond est la falaise…

DSC_5350_20181101 124008 C1DSC_5363_20181101 124529 C1

Les escaliers permettent d’accéder à toute la hauteur (il y a aussi un ascenseur si besoin).

DSC_5371_20181101 125454 C1DSC_5395_20181101 145524 C1 2

En face de la ville, une petite vire permet d’avoir une vue globale du site.

DSC_5436_20181101 155333 C1

Chapelle de la vierge noire.

DSC_5444_20181101 162056 C1DSC_5457_20181101 162804 C1

Chapelle du rugby (!)…

DSC_5465_20181101 163023 C1DSC_5468_20181101 163118 C1DSC_5522_20181101 175441 C1 1

Randonnée autour de Conques

Le lendemain j’espérais une vraie amélioration, et le début de journée le semblait bien.

Les enfants (et nous aussi d’ailleurs) en avaient assez de la voiture, donc nous avons opté pour faire une journée de petites randos en étoile autour de Conques, pour bénéficier ainsi de jolis points de vue sur la ville.

La première heure a été magnifique (et nous nous sommes dits qu’effectivement sous le soleil c’était drôlement mieux), mais hélas rapidement la bâche nuageuse a repris sa place.

En milieu d’après-midi nous avons heureusement pu profiter d’une nouvelle trouée ensoleillée, alors que nous étions justement sur une jolie petite crête en face de Conques. Cela a un peu sauvé la journée !

En ouvrant les volets du gîte : ça semble plus prometteur cette fois !

DSC_5532_20181102 080502 C1

Nous revoici à Conques et on y croit : « que c’est beau sous le soleil » !

DSC_5539_20181102 094143 C1DSC_5549_20181102 095627 C1DSC_5558_20181102 100839 C1

Première montée du jour, mais qui n’offrira pas de point de vue intéressant.

DSC_5561_20181102 102121 C1

On marche un peu le long des sentiers de Compostelle.

DSC_5569_20181102 111231 C1

Puis seconde balade sur la crête en face de la ville ; et enfin, joli petit rayon de soleil dans l’après-midi !

DSC_5704_20181102 145456 C1DSC_5722_20181102 145706 C1

On poursuit sur cette jolie crête.

DSC_5734_20181102 150733 C1DSC_5765_20181102 152442 C1DSC_5773_20181102 152615 C1DSC_5787_20181102 154759 C1

DSC_5798_20181102 162632 C1

Conques

Les vacances se terminaient déjà mais il nous restait encore quelques heures avant de partir. Cette fois-ci le soleil semblait devoir gagner la partie pour de bon, alors j’ai de nouveau opté pour un tour à Conques, que nous avons enfin pu voir sous le soleil (alors qu’en arrivant nous avions eu une petite frayeur : la ville était dans le brouillard).

Cette fois enfin ça y est : on voit un vrai lever de soleil en ouvrant les volets du gîte !!

DSC_5878_20181103 073931 C1DSC_5907_20181103 081024 C1

Mais en arrivant sur Conques, on peut à nouveau se dire que ça n’est pas gagné pour le soleil…

DSC_5915_20181103 093251 C1DSC_5920_20181103 093606 C1

Mais finalement ça ne dure pas, et ce nouveau passage au Bancarel est enfin récompensé !

DSC_5935_20181103 094328 C1

Puis nous profitons de Conques sous le soleil…

DSC_5994_20181103 101456 C1DSC_5997_20181103 101712 C1DSC_6007_20181103 101948 C1DSC_6020_20181103 102350 C1DSC_6024_20181103 102529 C1DSC_6059_20181103 103408 C1DSC_6080_20181103 104111 C1DSC_6084_20181103 104351 C1

Chapelle saint Roch, avant que les pèlerins de Compostelle ne refranchissent la rivière pour monter sur l’autre versant.

DSC_6098_20181103 105048 C1DSC_6106_20181103 105326 C1DSC_6112_20181103 110437 C1

Il fait maintenant une vraie journée de beau temps, mais il est temps de partir…

DSC_6135_20181103 123747 C1DSC_6155_20181103 132508 C1

Au final quelle conclusion tirer de ces vacances ? Je reste assez frustré de ne pas avoir eu l’opportunité de faire de vraie rando sur le plateau de l’Aubrac, les photos que j’avais vues des environs de Nasbinals et Marchastel font vraiment envie.

Néanmoins, au vu de la météo franchement maussade que nous avons eue (mais dont nous n’avons pas souffert contrairement à hélas bien des habitants du sud est), nous avons tout de même bien apprécié nos petites visites des coins touristiques des environs (notamment Conques). Du reste, l’Aveyron est assez entaillé de petites vallées qui rendent la circulation malaisée : pour un objectif de rando sur l’Aubrac il est sans doute préférable de se loger directement sur le plateau.

Publicités
Cet article, publié dans photographies, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 Responses to Octobre 2018, vacances en Aveyron

  1. Bonjour Cédric,

    De bien jolies photos pour de belles vacances, très certainement…

    À bientôt, Gérard

    • Bonjour Gérard, merci ! Oui c’est un coin sympathique à découvrir, même si je regrette ma semaine de rando automnale perdue : les joies des distances de la région parisienne et de ses contraintes… A une prochaine !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s