Novembre 2018, falaises de la Seine aux Andelys

DSC_6744_20181118 134448 C1

En commençant un article sur cette balade aux Andelys je me pose forcément une question : est-ce que ça vaut le coup de le faire ? Certes le site le mérite bien, mais c’est maintenant pour moi une grande classique quand je veux trouver un peu de verticalité dans les parages et il n’y a donc pas grand chose de neuf à dire…

Mais bon pas grand chose de neuf à dire certes, néanmoins les conditions étaient superbes ce dimanche et cela mérite quand même un petit retour, d’autant que je n’ai plus très souvent l’occasion d’en faire.

Cela aurait même pu être la perfection si les couleurs d’automne avaient été plus présentes (mais là on sentait que c’était la fin) et si de petits nuages avaient pu donner un peu de relief dans le ciel (mais surtout sans enlever les couleurs sur les falaises) !

Départ un peu tardif ce dimanche matin, d’autant plus que je fais un arrêt rapide à Vernon. C’est en effet ici que se sont mariés mes grand parents et cela faisait un moment que je voulais voir la collégiale, ainsi que le Vieux Moulin sur la Seine.

L’arrêt n’a pas été très long mais je ne l’ai pas regretté : la collégiale est superbe en effet avec ses jolis vitraux qui inondent l’édifice de couleur, et ce Vieux Moulin sur les piles du pont médiéval sur la Seine est particulièrement photogénique.

Je ne tarde pas trop tout de même à continuer pour atteindre les Andelys, mais au moment d’y arriver je tombe sur un blocage des « gilets jaunes », qui en ce dimanche 18 novembre poursuivent leur blocage du pays autant qu’ils le peuvent.

Comme j’avais en tête d’aller aux ruines de Château Gaillard, je me gare plutôt que d’attendre que l’on m’autorise à passer et j’y vais à pieds. Pas de grands changements depuis mon dernier passage qui date. Il fait bien froid en ce matin là et je ne m’attarde pas trop, agacé par les bruits qui m’arrivent du rond point bloqué juste en-dessous : klaxons, sirènes, ronflements de moteurs et porte voix…

Je décide donc de poursuivre sans plus attendre vers le Thuit où j’étais passé il y a deux ans dans une grisaille déprimante, et j’ai envie de revoir la « roche percée » sous le soleil.

J’arrive donc au barrage, on m’arrête et une personne me demande de mettre mon gilet fluo en soutien bien en vue devant le pare brise. Je lui explique que je ne le ferai pas, ne soutenant pas ce mouvement. S’ensuivent 5-10 mn de discussions ou plutôt dialogue de sourds, où nous échangeons nos arguments sans nous convaincre évidemment. Enfin cela reste courtois, et je finis par passer. En regardant les infos le soir je m’aperçois que j’ai eu somme toute un peu de chance : il semble qu’assez régulièrement des personnes aient été bloquées, insultées voire molestées quand elles refusaient de mettre le gilet jaune…

Je ne m’attarde pas sur cet épisode peu glorieux et j’arrive donc au Thuit sans encombres, et je savoure bien d’être de retour à la « Spéléo » avec ce beau soleil, d’autant qu’il commence à faire bon, bien à l’abri du vent.

Je repasse aussi au petit hameau du Thuit, plutôt mignon aussi.

Enfin je redescends au val Saint Martin, mon coin habituel. Je prends le temps tranquillement de refaire la petite balade qui me plaît bien juste au-dessus des falaises. Il fait encore un peu frisquet mais nettement plus doux que le matin, et la pente coupe bien le vent ; certains grimpeurs sont même torse nu !

Je passe un bon moment à flâner là-haut car j’attends bien sûr le coucher de soleil. Je flâne en regardant les jeux des grimpeurs ou les oiseaux qui virevoltent avec brio devant les falaises. A la côte Saint Jacques je m’aperçois que la civilisation s’est tout de même avancée, avec un enclos à moutons sur la pelouse calcaire.

Enfin arrivé à l’hôpital je fais demi-tour pour revenir vers la roche de l’Ermite d’où j’apprécie le point de vue, puis je redescends au pied des falaises pour les derniers rayons.

Une bien belle journée en tout cas, même si le retour sera long car les « gilets jaunes » bloquent l’autoroute de Normandie. Mais cela ne m’affectera pas trop : il fait nuit et j’ai ma ration de jolies photos, j’ai eu la chance de profiter de cette belle journée !

Vernon, avec son Vieux Moulin sur les piles du pont médiéval qui traversait la Seine.

DSC_6627_20181118 093741 C1DSC_6630_20181118 094042 C1DSC_6663_20181118 100443 C1

Et Vernon avec sa superbe collégiale, dont les jolis vitraux offrent une myriade de couleurs !

DSC_6661_20181118 095628 C1DSC_6640_20181118 094912 C1DSC_6632_20181118 094700 C1DSC_6634_20181118 094728 C1DSC_6655_20181118 095244 C1

En attendant que ça se calme avec les gilets jaunes, je fais un tour aux ruines de Château Gaillard, où je n’étais pas revenu depuis un moment. Bâti en peu de temps sur sa frontière par Richard Coeur de Lion puis pris en 1204 par Philippe Auguste après un siège douloureux, ce château a une histoire ! (là aussi furent internées les brus infidèles de Philippe le Bel).

DSC_6668_20181118 110249 C1DSC_6675_20181118 110936 C1

Le Petit Andely, vu des pentes de Château Gaillard.

DSC_6680_20181118 111600 C1

Puis je passe à la falaise de la Spéléo au Thuit. On peut accéder à l’étonnante Roche Percée par une vire étroite (plutôt terrain de jeu des grimpeurs).

DSC_6685_20181118 114813 C1DSC_6694_20181118 115128 C1DSC_6697_20181118 115239 C1DSC_6699_20181118 115331 C1

La jolie petite chapelle du Thuit, où est enterré le chancelier de Maupéou. On trouve aussi un château plutôt joli (et qui bénéficie sans doute d’une vue superbe) où habitait Guynemer, héros aviateur de la première guerre mondiale.

DSC_6705_20181118 120434 C1

Enfin je gagne les falaises du Val Saint Martin ; il fait bon, l’ambiance est belle, de beaux oiseaux volent et les grimpeurs s’en donnent à coeur joie !

DSC_6714_20181118 125058 C1DSC_6731_20181118 132513 C1DSC_6713_20181118 122458 C1

Jolies couleurs à l’entrée de la grotte de l’Ermite (où je n’ai pas pris le temps de descendre cette fois).

DSC_6729_20181118 132420 C1

La côte Saint Jacques, toujours aussi plaisante. Avec son petit air de montagne on ne s’étonnerait presque pas de voir des chamois s’enfuir en courant dans ses pentes.

DSC_6744_20181118 134448 C1DSC_6747_20181118 134916 C1DSC_6755_20181118 135918 C1

L’hôpital Saint Jacques, bâti en 1781.

DSC_6756_20181118 140118 C1

Les feuilles tombent, le lierre va pouvoir profiter de toute la lumière !

DSC_6769_20181118 142104 C1

Les belles lumières arrivent, je reviens vers la zone centrale des falaises.

DSC_6767_20181118 141342 C1DSC_6779_20181118 161623 C1DSC_6789_20181118 163144 C1DSC_6795_20181118 163422 C1

Puis je termine la journée au bas des falaises et au milieu des grimpeurs ; une bien belle journée en tout cas !

DSC_6812_20181118 164401 C1DSC_6822_20181118 164708 C1DSC_6827_20181118 164912 C1DSC_6828_20181118 164936 C1DSC_6833_20181118 165151 C1DSC_6847_20181118 165450 C1

Publicités
Cet article, publié dans Ouest Ile de France, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 Responses to Novembre 2018, falaises de la Seine aux Andelys

  1. Bonjour Cédric,
    Ton billet et ses images sont justifiés. Tu as bien fait.
    À bientôt, Gérard

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s