Juillet 2021, Vercors

J’allais commencer l’article en écrivant « petites vacances familiales tranquilles sans exploit ni grande nouveauté », mais je réalise qu’il aurait pu y en avoir car nous n’étions que monsieur et madame pour ces vacances, les enfants (qui du reste, soyons honnêtes, ne sont plus des freins…) n’étant pas là.

Mais le fait est bien là à l’arrivée : nous n’avons fait que des petites balades familiales et donc en n’ayant plus l’excuse des enfants, c’est que c’est nous qui vieillissons…

Enfin laissons là ces grandes considérations et venons en aux photos de ces quelques balades, plutôt classiques comme vous l’avez compris…

On peut noter que nous avons eu une grande chance durant toute cette semaine avec la météo : ciel globalement bleu et pas trop chaud. C’est d’autant plus à noter que la météo de cet été a été franchement médiocre…

Puits des écritures et gouffre Berger

Petite balade de mise en jambes pour ce premier jour, avec un départ des crêtes de la Molière (il faut en profiter tant qu’on peut encore)…

Pas grand chose à signaler donc (pour les curieux : ce « puits des écritures » est au creux d’une dépression sur la droite peu après la bifurcation en direction du plateau de Sornin), en dehors du fait que l’orientation n’est pas si facile aux abords du gouffre Berger (nous avons notamment bien peiné à suivre une petite sente indiquée sur IGN remontant plein ouest vers le GR depuis le gouffre ; l’engueulade par Madame n’était plus très loin !).

Mais bon, c’est toujours impressionnant quand même de se tenir au-dessus de l’entrée du gouffre Berger, en ayant vaguement en tête le schéma de l’ensemble qui montre cette entrée parfaitement insignifiante par rapport à la suite et ses plus de 1000m de descente…

Si un peu de brouillard nous accompagnait au départ, c’est une jolie lumière chaude qui lui a succédé pour terminer cette journée.

Col de l’Arc

Pour ce deuxième jour on voyait les crêtes encore bien prises dans la brume, donc nous avons opté pour une petite sortie tranquille laissant du temps pour flâner (bouquiner pour madame et espérer rencontrer des bestioles pour moi)…

De mon côté la réussite n’a pas trop été au rendez-vous : seulement un chamois de passage rapidement après notre arrivée et qui est resté à couvert en traversant à proximité, puis de temps en temps un faucon crécerelle qui virevoltait dans la falaise au-dessus, mais de bien loin tout de même…

Une fois arrivés au col de l’Arc, la brume nous a semblé enlever tout intérêt au Pic Saint Michel, donc nous sommes redescendus en flânant un peu sur le joli petit plateau St Michel (un petit air de hauts plateaux par certains aspects)…

Prairies d’Herbouilly et de Château Julien, retour par le pas de la Sambue

Pour ce troisième jour nous avions quelques contraintes horaires donc nous n’avons encore une fois pas visé un trop grand tour, et pas trop loin !

Pour le coup pas grand chose à raconter : petit tour tranquille des familles plutôt plaisant, alternant entre jolies prairies et forêts.

Si, tout de même : en traversant la prairie d’Herbouilly au petit matin, il y avait un groupe de buses qui faisaient un raffut étonnant ! Je ne sais pas trop si c’étaient des jeux entre les jeunes ou des luttes de territoire, mais en tout cas nous avons pris un moment à les regarder avec intérêt !

Enfin nous sommes passés au retour par le scialet de Malaterre où je n’étais plus passé depuis assez longtemps et que je n’ai quasiment pas reconnu (j’avais bien en tête la passerelle qui le traverse, mais j’en avais le souvenir d’un scialet complètement au milieu des bois, alors que maintenant les abords sont largement défrichés). Il reste impressionnant en tout cas, étant une verticale de plus de 100m (mais que les âmes sujettes au vertige se rassurent : la passerelle est bien stable) !

Hauts plateaux du Vercors : de la montagne de Beure à la Queyrie et Tourte Barreaux

Cette fois nous avions tout le temps et le grand beau temps était annoncé, donc enfin une belle grande journée sur les hauts plateaux !

Nous sommes restés dans du classique, en partant de la montagne de Beure (commode d’accès avec son grand parking) jusqu’à Pré Peyret. De là nous avons poursuivi la montée (classique aussi et donc fréquentée) vers la belle prairie de la Queyrie (pour le coup j’ai regretté de ne pas avoir pris d’objectif plus franchement dédié à l’animalier : quelques marmottes peu farouches -encore que précisément on les voyait très facilement, mais surtout de nombreux faucons crécerelles, qui chassaient dans la prairie sans trop se soucier des nombreux promeneurs).

Pour le retour en revanche nous sommes un peu sortis des sentiers battus, en passant au-dessus de la dépression de Peyre Rouge puis en montant sur le sommet de Tourte Barreaux, joli belvédère sur le sud des hauts plateaux.

Le retour a été un brin longuet (le défaut de la montagne de Beure) et nous sommes rentrés fourbus alors que la nuit tombait. Mais une belle journée en tout cas !

Sentier Gobert et col Vert

Après la longue journée de la veille (et ayant projeté une balade en Oisans pour le lendemain), nous souhaitions une balade sans trop de route.

Donc nous avons opté pour le classique et joli sentier Gobert, qui traverse en balcon les combes qui dominent la vallée glaciaire de Lans / Villard. Comme il faisait beau et que nous avions le temps, nous avons poursuivi jusqu’au col Vert en passant à son approche (et c’est la première fois d’ailleurs il me semble que je l’ai vu désert en journée).

Une jolie mais brève rencontre animalière sur le retour : deux buses qui s’étaient posées dans un arbre à proximité et qui ne m’ont pas (trop) repéré approcher…

de Besse au lac Noir sur le plateau Emparis, en Oisans

Toujours une belle journée annoncée, et comme nous n’y étions pas retournés depuis assez longtemps, nous sommes partis pour une grande balade en Oisans.

Départ de Besse (village en pierres magnifique sur les hauteurs de la vallée du Ferrand), montée nette au col Nazié puis encore une montée soutenue jusqu’au col Saint Georges.

De là le plus dur était fait, et nous avons poursuivi (avec pas mal de monde…) jusqu’au lac Noir sur le plateau Emparis (dont j’avais gardé le souvenir qu’il était plus près)…

Des paysages superbes (même si un voile nuageux est resté toute la journée, accompagné de vent empêchant d’avoir une vue de la Meije en miroir sur le lac) et une belle ambiance de steppe : un bel endroit de montagne, toujours dépaysant !

Petite déconvenue le soir : nous nous réjouissions à l’avance de savourer un dîner de fin de journée à Besse comme nous l’avions fait il y a quelques années mais il n’y a pas eu moyen (l’un ne prenait que sur réservation et l’autre ne souhait pas servir de repas). Bref, le retour s’est fait plus directement que prévu avec cette petite déception !

Enfin le dernier jour est arrivé, sans vraie balade. Juste un petit tour jusqu’à la cascade de la Fauge autour de Villard, histoire de prendre l’air une dernière fois avant le retour !

Cet article, publié dans Vercors, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 Responses to Juillet 2021, Vercors

  1. Bonjour Cédric,

    Toujours de beaux souvenirs de vacances sur le Vercors. Ne manquons pas une prochaine occasion…

    Amicalement

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s